BIOGRAPHIE

Jean-Claude Fournier

Le barde graphique

Jean-Claude Fournier est une légende vivante, mais il ne veut pas le savoir. Humblement, discrètement, opiniâtrement, courageusement –le métier de dessinateur de bandes dessinées requiert ces qualités -, il a dessiné au fil de cinq décennies une trajectoire d’artiste populaire, libre et unique. Lui, il dit avoir longtemps dessiné en toute innocence et avoir toujours œuvré en totale inconscience de ses actes artistiques. A tous ces titres, Jean-Claude Fournier est donc une légende vivante.

Fournier raconte que sa carrière n’est qu’une suite de coups de chance. S’il est vrai que la chance se croise, encore faut-il la reconnaître sur le bas-côté de sa route, elle klaxonne rarement. Fournier, lui est allé à sa rencontre. Son nom était André Franquin.

1965, boulevard Saint- Germain à Paris. Jean-Claude a 22 ans, il veut devenir auteur de bandes dessinées. A la Librairie des Jeunes, appartenant aux carolorégiennes éditions Dupuis, Franquin, Tillieux, Morris, Goscinny, Peyo dédicacent. Le jeune étudiant s’offre un Gaston Lagaffe, Franquin remarque sa farde à dessin, l’oblige à l’ouvrir, apprécie ce qu’il y trouve et l’invite à Bruxelles. Paris-Bruxelles, une expédition pour l’époque, mais c’est le début d’une amitié. L’aîné accueille le cadet dans son atelier et lui montre ce qu’il sait, comme Joseph Gillain, vingt ans auparavant, avait fait avec lui. La bande dessinée est un art qui se transmet.

Il faut un courage inouï pour reprendre des mains d’un maître absolu tel que Franquin un personnage aussi populaire que Spirou. Lui, Fournier, il dit : « une inconscience folle ! » En trois albums, Fournier se débarrassera de l’héritage de Franquin, pour trouver sa propre souplesse de trait, sa dynamique narrative, à nulle autre pareille. Son émancipation n’est pas seulement graphique. En 1978, avec L’Ankou, une aventure de Spirou et Fantasio située en Bretagne sur le site d’une centrale nucléaire, Fournier plonge ses jeunes lecteurs au cœur du débat sur l’énergie atomique. Quand le personnage de l’Ankou est brandi au cours d’une manifestation, l’image filmée par la télévision fait grincer des dents les propriétaires du personnages de Spirou. Une certaine distance commence à séparer Rennes de Marcinelle. Deux ans plus tard, alors que ses deux derniers albums apparaissent comme un sommet dans son art de raconter Spirou, Fournier donne sa démission et rend le personnage. Entre 1968 et 1980 il aura signé 9 albums de Spirou, ce n’est pas anodin dans une bibliographie, c’est ainsi que l’on entre dans la légende de la bande dessinée en toute inconscience.

Les années 1980 à 2000 – celles de la parfaite maîtrise de son art graphique – voient le retour de Bizu puis l’arrivée des Crannibales – avec un trait joyeusement écorché – sur scénario de Zidrou. C’est au milieu des années 2000 que Fournier – en toute conscience, mais en toute innocence retrouvée – décide de réinventer son métier de dessinateur de bandes dessinées. Avec Lax au scénario, il se lance dans un drame réaliste himalayen entièrement réalisé à l’aquarelle sur encre de chine,Les Chevaux du vent. C’est le grand retour, inattendu et surprenant, remarquable et remarqué, de Fournier dans l’actualité de la bande dessinée. A l’occasion des septante-cinq ans de Spirou en 2013, un complot est concocté par les éditions Dupuis avec Joub au scénario et Nicoby au dessin. Le plot : un portrait en bandes dessinées d’un auteur de bandes dessinées. Un récit aux frontières de l’enquête, de l’interview, de la biographie, de l’autobiographie, du documentaire. Jean-Claude plonge les yeux fermés, généreux et inconscient. Joub et Nicoby ne trahissent pas cette confiance et signent un livre unique sur la transmission. Drôle, émouvant et riche d’enseignements. Car si Fournier est l’inventeur de la bande dessinée en Bretagne, il ne s’est jamais posé en maître, il est celui qui – dans son atelier de Rennes – a su reproduire la belle idée de l’écolage dans la tradition belge : accueillir les aspirants dessinateurs et les aider à trouver leur propre manière de s’accomplir. C’est un fait historique et géographique. Ainsi, ce que Jean-Claude Fournier a permis, ce n’est pas l’émergence d’une bande dessinée bretonne, mais la possibilité d’une bande dessinée créée en Bretagne. Jean-Claude a prouvé que l’on pouvait rêver de neuvième art en son pays. Ce n’est pas une légende.

José-Louis Bocquet

(José-Louis Bocquet a été l’éditeur du fanzine intitulé Bizu entre 1974 et 1979. En 2006, il intègre la maison Dupuis et devient l’éditeur de Jean-Claude Fournier.)


2 Comments

  1. PRUDHOMME Frédéric et Orion

    Bonjour,
    Mon fils Orion (12ans) et moi même (46) préférons tous les 2 la période de Monsieur Fournier dans la série Spirou et Fantasio. Nous aimons les autres aussi bien sur, mais incontestablement et sans nous concerter, les albums produits par Jean Claude Fournier sont ceux avec lesquels nous sommes le mieux entrés dans l’histoire. Mon fils qui adore la magie a une affection particulière pour Itoh Kata. Nous vivons à St Malo depuis 3 mois et nous venons d’apprendre que Monsieur Fournier était de la région et qu’il avait contribué à monter le festival BD Quai des Bulles. Aussi nous aimerions savoir s’il y sera présent cette année et le cas échéant s’il était possible de le rencontrer pour le saluer. Merci beaucoup et bien cordialement. Signé : Un papa et son fils, heureux de partager leurs gouts.

  2. PRUDHOMME Frédéric et Orion

    Bonjour,
    Mon fils Orion (12ans) et moi (46) préférons tous 2 la période de Monsieur Fournier dans la série Spirou et Fantasio. Nous aimons aussi les autres bien sur, mais sans nous concerter et incontestablement nous sommes tombés d’accord que c’est avec les albums de Jean Michel Fournier que nous entrons le mieux dans l’histoire ( je les lis en écoutant de la musique de François de Roubais, qui va très bien avec l’ambiance de albums) . Mon fils qui adore la magie et fait du karaté a une affection particulière pour Itoh Kata. Nous sommes installés depuis 3 mois à St Malo et nous venons d’apprendre que Jean Michel Fournier a contribué à créer le festival BD « Quai des Bulles ». Aussi nous souhaiterions savoir si Monsieur Fournier sera présent au festival de cette année prévu fin octobre et le cas échéant si nous pouvions le renaître pour le saluer. En vous remerciant pour votre réponse, bien cordialement. Un papa et son fils heureux de partager leurs goûts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *