ALBUMS PARUS

56225557Le Faiseur d’or

Le Faiseur d’or est la soixante-troisième histoire de la série Spirou et Fantasio. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1624 au no 1646. L’album éponyme contient à la fois cette histoire, mais aussi Le Champignon nippon, première partie de l’histoire qui trouve sa conclusion dans l’album Du glucose pour Noémie.

Le Comte de Champignac, invité à la télévision, annonce qu’il connait l’emplacement du livre de Nicolas Flamel contenant le secret de la fabrication de l’orSpirou, pressentant les ennuis, se rend le lendemain à Champignac avec FantasioSpip et le Marsupilami. Sur place, ils découvrent Zorglub, assommé, qui leur révèle une fois réveillé que des bandits ont enlevé le Comte. Il craint d’avoir reconnu Zantafio parmi les agresseurs.

Spirou et Fantasio retrouvent la trace des bandits et sauvent le Comte, mais trop tard : il leur a déjà révélé par mégarde que Zorglub détenait le livre. Une fois de plus, ils arrivent trop tard à Champignac. Finalement, ils retrouvent Zantafio qui a déjà construit la machine à faire de l’or, mais celle-ci ne semble pas fonctionner. Spirou et Fantasio récupèrent le livre et mettent en fuite Zantafio et ses complices. A la suite d’une maladresse, le Marsupilami met ensuite accidentellement en marche la machine, qui se met à produire de l’or pur…

Cette histoire est la première réalisée par Jean-Claude Fournier, et la dernière à mettre en scène le Marsupilami, dont l’auteur précédent, Franquin, possédait les droits. Franquin, afin de passer le relais à son successeur, l’avait autorisé, pour cette histoire, à utiliser le personnage, qu’il s’était cependant réservé de dessiner dans les cases.

Lien de l’article

Spirou_et_Fantasio_n21Du glucose pour Noémie

Du glucose pour Noémie est la soixante-septième histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1682 au no 1710, puis publiée en album en 1971 avec l’histoire courte Un faux départDu glucose pour Noémie est la suite de l’histoire Le Champignon nippon.

Spirou et Fantasio réalisent à l’aéroport de Kōtyō que la boîte que leur a confiée Itoh Kata est vide. Ils repartent chercher un indice chez lui et un garde les informe de son départ pour l’Europe. Ils repartent, mais le garde qui est en réalité un membre du Triangle prévient l’organisation, qui s’empare de la boîte peu de temps avant leur décollage, et les criminels s’aperçoivent à leur tour qu’elle est vide. Ils en déduisent à raison que c’est Itoh Kata qui a le champignon et le capturent à son atterrissage.

Ils tentent de le faire sauter dans une locomotive mais Itoh Kata, illusionniste, a emmené le champignon avec lui, donc le Triangle annule l’explosion. Spirou et Fantasio, revenus en Europe, sauvent leur ami à cet instant et l’emmène à Champignac où Kata rencontre le Comte. Ensemble, ils construisent Noémie, une voiture qui fonctionne grâce à l’extraordinaire énergie du champignon.

Ayant ainsi un potentiel explosif immense, Noémie et les champignons sont volés par le Triangle, mais Spirou et Fantasio réussissent à la reprendre. Au même instant, le repère du Triangle explose, car la bombe placée plus tôt dans la locomotive se retrouve par le plus grand des hasards en dessous au moment où ils la font sauter.

Publié pour la première fois dans le journal de Spirou du n°1682 au n°1710.

Lien de l’article

L'AbbayeTruqueeGdL’Abbaye truquée

L’Abbaye truquée est la soixante-dixième histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1743 au no 1766.

Alors qu’ils accueillent Itoh Kata chez eux, Spirou et Fantasio sont incapables d’empêcher son enlèvement par les survivants du Triangle. Partant à leur poursuite, ils aboutissent finalement dans une vieille abbaye située dans un village abandonné. Là, Spip disparaît à son tour.

Pendant ce temps, les ravisseurs de Kata sont incapables de le garder prisonnier très longtemps dans sa cellule, pas plus que Spip, qui rejoint ses maîtres. Lorsque Spirou et Fantasio le retrouvent enfin, il vient d’enfermer tous les hommes du Triangle dans une cellule exceptés leur chef, Charles Atan, et son acolyte Renaldo. Partant à leur recherche, ils empêchent de justesse l’auto-destruction de l’abbaye, et s’aperçoivent que Renaldo s’est pendu par le poignet au plafond. Le plantant là, ils retrouvent Charles Atan et le capturent. Mais Renaldo, qui s’est libéré, sauve son maître et les deux bandits s’enfuient.

Lien de l’article

Spirou_et_Fantasio_n23Tora Torapa est la soixante-et-onzième histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1801 au no 1824.

A Champignac, SpirouFantasio, le ComteZorglub et Itoh Kata sont en train de tester une balle-émetteur avec un fusil, lorsque Zorglub est enlevé. Spirou lui tire dessus afin de suivre son trajet. Ils découvrent ainsi que ses ravisseurs l’emmènent en Polynésie. Ils s’y rendent et apprennent qu’il est détenu à Tora Torapa, une île réputée maudite.

Sur place, Spirou et ses compagnons découvrent que l’île est à la merci du Triangle, tout comme Zorglub. Ils sont rejoints par une indigène, Ororéa, qui les guide jusqu’à une ancienne base de Zorglub où le Triangle se retranche. Pendant ce temps, Zorglub, croyant que le Triangle veut se racheter, construit pour leur chef Papa Pop un émetteur attire-moustiques ayant une portée de 10 000 kilomètres.

Spirou et son équipe sont capturés par Papa Pop qui révèle sa véritable identité: Zantafio en personne ! Zorglub, l’apercevant, comprend qu’il s’est fait berner et sabote l’émetteur, tout en en collant un en état de marche sous l’avion du bandit, également saboté. Zorglub part ensuite libérer ses amis, peu de temps avant que Zantafio ne lâche ses moustiques gavés au curare. Tentant de fuir à bord de l’avion, Zantafio s’écrase en mer. Les moustiques suivent l’avion et se noient, tandis que Zantafio s’enfuit à bord d’un radeau. Ororéa repart finalement en Europe avec ses compagnons car elle se révèle être journaliste.

Lien de l’article

Spirou_et_Fantasio_n25Le Gri-gri du Niokolo-Koba

Le Gri-gri du Niokolo-Koba est la 73ème histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1853 au no 1873.

Un ressortissant du Sénégal se jette dans le taxi de Spirou et Fantasio en leur demandant de porter le contenu d’une valise qu’il leur laisse à Mansa Moussa, au Niokolo-Koba, avant de disparaître dans un flash éblouissant. Les deux héros partent alors pour l’Afrique, et sont rejoints par le fort Sété Bagaré, qui se lie d’amitié avec eux. Une fois au Sénégal, ils apprennent que Mansa Moussa a disparu également, et que ce qu’ils transportent dans la valise n’est autre que le gri-gri de l’individu.

Arrivés au parc, ils sont informés de la disparition d’une grande partie des animaux de la réserve. Ororéa, qui enquêtait dans la réserve, survient alors avec la preuve photographique que les animaux ont disparu sous l’effet du diamant de Koli, également responsable de l’évaporation de l’individu rencontré en Europe, qui n’est autre que le neveu de Mansa Moussa. Après quelques péripéties, ils finissent par trouver les bandits. Le diamant de Koli est replacé dans son écrin et tous ceux qui ont disparu reviennent, tout comme les animaux. Mansa Moussa explique alors en privé à Spirou que le gri-gri contenait les plans d’une veine diamantifère sous le parc que les bandits convoitaient. Ceux-ci ayant disparu suite à une imprudence avec les diamants de Koli, seuls Mansa Moussa et Spirou connaissent la vérité désormais.

Lien de l’article

DuCidrePourLesEtoilesGdDu cidre pour les étoiles

Du cidre pour les étoiles est la 74ème histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1920 au no 1939.

De passage à Champignac, Spirou et Fantasio sont confrontés à d’étranges évènements: les champignaciens voient des extraterrestres et les animaux s’affolent. En arrivant au château, le Comte leur apprend qu’il héberge trois ksoriens, effectivement extraterrestres, en stage de mycologie, mais leur amour immodéré pour le cidre les pousse à l’imprudence.

L’un d’eux est blessé et parvient à regagner le château, mais sa soucoupe est volée par des agents secrets étrangers. Une patrouille entière de ksoriens débarque alors, afin de la retrouver, et l’un d’eux est enlevé à son tour. Les ksoriens menacent d’endormir la région pour la retrouver, mais le Comte s’y oppose. Spirou et Fantasio retrouvent la soucoupe et le ksorien de justesse, et les extraterrestres emmènent les agents secrets avec eux. Ils sont en effet contraints de partir la nuit suivante car le Maire, qui soupçonne à nouveau le Comte de se livrer à des expériences, fait fouiller le château le lendemain, sans succès.

Lien de l’article

Spirou_et_Fantasio_n27L’Ankou

L’Ankou est la 75ème histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 2000 au no 2019.

Ororéa invite Spirou et Fantasio à la rejoindre à un congrès de magiciens en Bretagne. En arrivant, ils rencontrent l’étrange Ankou, qui s’insurge contre la présence d’une centrale nucléaire sur sa terre, puis ils sauvent Ororéa d’une agression, mais les bandits s’enfuient. En arrivant à l’hôtel, ils découvrent qu’Itoh Kata se trouve parmi les magiciens invités. Les autres sont le télépathe Al Kazar, l’hypnotiseur Capuccino et le télékinésiste Rethros Athana. Ceux-ci mettent actuellement au point un sort basé sur la téléportation.

(Il est important de comprendre que les magiciens de cette bande-dessinée ont de vrais pouvoirs magiques, et ne sont pas d’habiles prestidigitateurs.)

Fantasio sert de cobaye à la première représentation mais est enlevé par les bandits. L’Ankou réapparaît et leur suggère de ne rien tenter contre eux. Les bandits exercent un chantage sur les magiciens : leur livrer un produit révolutionnaire développé à la centrale en échange de Fantasio. Kata décide de ne rien dire à ses amis et ensemble, les magiciens volent le produit. Entretemps, Fantasio s’est évadé et a prévenu la police avec Spirou et Ororéa. Les bandits sont arrêtés mais le produit volé par les magiciens menace d’exploser. Heureusement, Spirou prévient les magiciens d’extrême justesse et Itoh Kata fait disparaître le produit. Cet évènement entraîne la fermeture de la centrale. L’Ankou est donc reconnaissant envers Spirou et ses compagnons.

Fournier donne le nom de Berniliz au village où se trouve la centrale, ce qui est bien sûr une analogie avec le village de Brennilis dans le Finistère, au coeur des Monts d’Arrée où se trouve la centrale nucléaire de Brennilis. On retrouve d’autres nombreux indices topographiques : mention du barrage de Nestavel, de la départementale 36, d’un village imaginaire nomné Guelhoat (analogie avec Huelgoat). Une partie de l’action se déroule sur le site des grottes d’Artus. La centrale nucléaire de Brennilis a fait l’objet d’un double attentat du FLB en 1975, soit deux ans avant la sortie de l’album. Ironie, dans la bande dessinée, les méchants font sauter le poste électrique de la centrale, en 1979 le FLB fera sauter deux pylônes électriques sur le site.

C’est la seule histoire de la série à avoir été publiée en breton, sous le titre An Ankou, coédité par Dupuis et An Here ((ISBN 2-8001-0622-0)). La traduction est de Loeiz Moulleg.

Lien de l’article

Spirou28kodoKodo le tyran

Kodo le tyran est la 76ème histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 2088 au no 2109.

Spirou et Fantasio se trouvent en Birmanie et essayent d’entrer dans le petit pays voisin, le Ҫatung, une dictature fermée à l’étranger. Mais personne ne veut les emmener dans ce pays si ce n’est John Madflying, un pilote ivre et sans brevet de pilotage; mais celui-ci accepte après que Fantasio ai bu avec lui quelques verres d’alcool…

Spirou, furieux de l’état d’ébriété de son ami et de John Madflying, les quitte résigné à abandonner ce voyage. Mais John Madflying et Fantasio ont commencé à décoller et Spirou accourt vers l’avion. Le départ n’est pas sans dégâts étant donné l’état de Fantasio et de l’aviateur australien. D’ailleurs, Fantasio saute inconsciemment de l’avion et tombe dans un camion d’un convoi d’armement sans que nul ne le voit. Alors que Spirou l’a forcé à atterrir, le pilote redécolle en laissant tomber les deux journalistes.

Spirou rencontre ensuite la voiture qui ouvre le convoi d’armement dans lequel est Fantasio, de laquelle sortent Matteo et Ptih Pô, étonnés. Ptih Pô commence à ligoter Spirou quand ce dernier annonce son projet d’entrer au Ҫatung mais Spip le mord et Spirou prend par la fuite. Mais il est assommé par une branche d’arbre et ligoté dans un camion, endormi et surveillé. Mais le garde, maladroit, chute du camion au moment du départ. Quant à Fantasio, il se réveille un peu plus tard et sort du camion sans être vu et finit par croiser l’inspecteur général de la mafia, son quasi-sosie, qui gouverne réellement le Ҫatung, dans sa voiture. Celui-ci le somme arme au poing de prendre sa place en échangeant leurs vêtements, car l’inspecteur à l’intention de prendre sa retraite. Fantasio, un moment tenté de quitter la voiture et d’abandonner son projet d’entrer au Ҫatung, change d’avis en rencontrant le garde maladroit qui le prend pour l’inspecteur général et lui raconte qu’il gardait un journaliste rouquin.

Après avoir forcé la frontière du Ҫatung, Fantasio assiste à l’attaque du convoi d’armes, mal protégé, par les rebelles d’Ava Savati. Spirou, réveillé, prend la fuite. Jataka Kodo, le dictateur et Chop Suey, venant à la rencontre de ce qu’ils croient être l’inspecteur général, voient à leur tour leur limousine détruite par les singes des rebelles jouant avec des bazookas.

Fantasio apprend en lisant les papiers de l’ancien inspecteur que le Ҫatung produit de l’opium vendu à la mafia. Il prend un certain plaisir à ridiculiser le maréchal Kodo et lui impose des restrictions de son pouvoir : il refuse de cacher à l’organisation de la mafia et la population l’attaque du convoi, fait abolir la peine de mort au Ҫatung quand il apprend que le caporal Phong Tahor qui a tenté de lui interdire de prendre son appareil photo va être exécuté…

Spirou, lui, se retrouve en compagnie des rebelles d’Ava Savati. Ceux-ci apprennent grâce au pigeon de Prabang, une taupe infiltrée dans le palais, que l’inspecteur général et Kodo ont l’intention d’aller inspecter les entrepôts de Kuor Lang, ils passeront donc sur le pont de Pagor Tevat, que Savati décide de faire sauter. Cependant, Kodo se réunit avec ses lieutenants Chop Suey et Matteo et propose également de faire sauter le pont afin d’éliminer Fantasio, qui limite ses pouvoirs.

Peu de temps après le départ de Savati, Spirou découvre avec horreur l’identité de l’inspecteur général quand Spip lui amène une photo ramassée par la tortue amoureuse de l’écureuil depuis le départ de l’aventure; mais il est trop tard…

Lien de l’article

DesHaricotsPartoutGdDes haricots partout

Des haricots partout est la 77ème histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 2149 au no 2162. Cette histoire est la suite de Kodo le tyran.

L’attentat du pont de Pagor Tevat échoue heureusement et se retourne même contre Kodo. Les deux artificiers de Kodo préfèrent rejoindre la rébellion plutôt qu’être empalés par Kodo. Fantasio peut ainsi inspecter Kuor-Lamb et récoltent des informations sur la façon dont les récoltes de Kodo fonctionnent. Cela dit il continue à multiplier les maladresses en questionnant les hommes de Kodo sur des choses installées par l’inspecteur général avant, d’où l’étonnement de ceux-ci.

Spirou parvient à entrer en contact avec lui grâce au pigeon de Prabang et les rebelles arrangent son enlèvement. Fantasio ayant prévenu qu’il sortirait en ville, Mattéo et Kodo prévoient eux aussi de l’enlever mais échouent encore. Enfin réunis, ils mettent au point un plan pour renverser le dictateur grâce aux informations apportées par Fantasio : ils échangent notamment les étiquettes du défoliant et de l’insecticide. La conséquence est que, sous le conseil de Fantasio revenu qui met en garde contre les sauterelles, Kodo fait asperger du défoliant sur les champs de pavot en croyant déverser de l’insecticide, détruisant ainsi entièrement la récolte d’opium.

Mattéo veut partir pour émettre un rapport sur l’inspecteur général et sa disparition afin de remplacer celui-ci et apporter des armes et munitions au Ҫatung. Les rebelles profitent de son départ pour l’enlever et le remplacer par Spirou qui sort du pays et rallie à leur cause le Comte de Champignac. Spirou est ramené à nouveau au Ҫatung par John Madflying, pilote maladroit mais non ivre cette fois-ci, après tout de même quelques « pirouettes ». Avec l’aide de l’OMS, où le Comte a des relations, ils trompent Kodo en envoyant au Ҫatung des machines agricoles et des haricots après lui avoir envoyé un faux message de Mattéo sur un convoi d’armes et de munitions. Ils parviennent enfin à renverser le dictateur, le jour de son anniversaire, qui fuit le pays.

Un an plus tard, le comte et ses amis reçoivent des nouvelles du Ҫatung qui est devenu un pays agricole et exporte. Spirou et Fantasio en se promenant avec Ororéa sur un marché rencontrent… Kodo et Chop Suey vendant des haricots du Ҫatung ! Pour s’être moqué de l’ancien maréchal les deux journalistes reçoivent en retour des tomates dans la figure ! Il s’agit du numéro 29 des aventures de Spirou et Fantasio datant du 23 juillet 1979.

Lien de l’article

One Comment

  1. Bonjour…

    Où en est le projet de publication d’une version partiellement redessinée de « L’Ankou », dont il avait été question l’an passé à un moment donné ?…
    Merci à vous !…
    Et TRÈS BEAU site, bravo !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *